Valérie et la semaine des miracles

Jaromil Jires, 1970, Tchécoslovaquie, version originale tchèque sous-titrée anglais, 77', 16/16 ans Carte blanche à Sucked Orange Gallery, Berlin

Jeudi 23 novembre dès 19:00

Description

SUCKED ORANGE GALLERY, BERLIN

 
La galerie Sucked Orange est née entre 2010 et 2011 à Berlin. Inspiré par les idées développées par Paul-Emile Borduas dans son manifeste Refus Global, cet endroit a été imaginé afin de rendre possible, chez les artistes qui s’y produisent, une manifestation concrète de l’acceptation totale de soi, la rupture définitive avec les habitudes de la société, la désolidarisation de son esprit utilitaire, mais aussi le refus d'être sciemment au-dessous de ses possibilités psychiques et physiques, le refus de fermer les yeux sur les vices, les duperies perpétrées sous le couvert du savoir, du service rendu, de la reconnaissance due. Le lieu et les événements qui s’y déroulent dépeignent un univers en marge de la culture commerciale, une approche esthétique plongeant dans toute forme d’expression, dans un esprit constant de création. Ainsi, c’est à un rythme effréné que s’y sont succédées pendant près de quatre ans performances picturales, sculptures, théâtre, cinema, concerts, poésie, et musique sous toutes ses formes (populaire, concrète, électronique, contemporaine, avant-gardiste, folk, expérimentale, noise, krautrock et free jazz). Aujourd’hui, les membres fondateurs de S.O.G. ont décidé de poursuivre leur projet et de faire vivre ce lieu dans la plus grande discrétion.
 

OCTATANZ (duo DJ / Berlin-Vilnius)

Oscar der Winzige (ES) // M.Aerobica (LT)
19:00
 
Résultat dynamique, inépuisable et hallucinant issu d'une collaboration entre deux collectionneurs de musique électronique et réunissant des perles musicales oubliées ou inconsidérées du quatrième quart du siècle dernier. Au fil des titres, l’atmosphère se trouble pour laisser place à une douce et enivrante folie. Une expérience fascinante !
 

Valérie et la semaine des miracles

Jaromil Jires, 1970, Tchécoslovaquie, VOstEN, 77', 16/16 ans
20:45

Jaromil Jires, compagnon de route de Milos Forman au sein de la Nouvelle Vague tchèque, tourna ce conte initiatique au parfum de soufre après l'invasion des chars soviétiques, qui, en 1968, avait brisé les espoirs de démocratisation du « printemps de Prague ». Pour les cinéastes en manque de liberté, le recours à la fiction onirique permettait alors de contourner la censure — l'anticléricalisme de Valérie au pays des merveilles, très conforme à la doxa communiste, lui a sans doute faci­lité la tâche...

Comme l'Alice de Lewis Carroll, la jeune Valérie est transportée dans un univers surréaliste où l'étrange règne. Mais le lapin blanc, le chat du Cheshire et la reine de coeur ont été remplacés par des vampirettes saphiques, un moine débauché et un évêque pervers... La mise en scène fétichiste de Jires et son érotisme plutôt soft oscillent entre les Contes immoraux de Borowczyk (pour les meilleures scènes) et les nanars kitschouilles de David Hamilton (pour les pires). Cette bizarrerie ayant le bon goût de ne pas trop durer, on peut se laisser tenter... — Samuel Douhaire (Télérama)