Entre deux mondes

Programme de courts métrages,VF/VOstFR/sans parole, 60', 12/14 ans Festival Cinéma Jeune Public | Réservation

Prix plein: 10.- | Prix moins de 25 ans: 5.-

Archives 2022

Description

> Compétition internationale
> En présence de Dan Wenger

À l’adolescence, une foule d’interrogations vient bousculer notre quotidien et notre réalité. Les différentes facettes de la personnalité, nourries par les expériences, s’entrechoquent et tentent de cohabiter. Film d’animation, essai expérimental ou fiction surréaliste entrent, ici, en résonance pour aborder les moments clés du passage à l’âge adulte: premier amour, deuil, transidentité, rêves, traditions… Des rives de l’Amazone aux plaines norvégiennes, ce programme mélange les styles et les cultures pour aborder un sujet universel.

Image: «Tank Fairy», Erich Rettstadt, 2021

> Programme de courts métrages:

«Haut les cœurs», Adrian Moyse Dullin, France, 15’, 2021
Lors d’un trajet en bus, Kenza, quinze ans, met son petit frère Mahdi, treize ans, naïf et romantique à l’épreuve: faire tout de suite une déclaration d’amour à Jada, une fille que Mahdi aime mais qui ne le connaît pas.

«A Bite of Bone», Honami Yano, Japon, 10’, 2021
Une petite fille se remémore son dernier été avec son père.

«Wasteland No. 3: Moons, Sons», Jodie Mack, États-Unis, 6’, 2021
On observe le dégel rapide des formes naturelles. Un monde tendre et non éclos; le chaos futur en repos, en sommeil. Yggdrasil. Microcosme. De la pâte à modeler dans un bol. Une couronne vivante. Laurier-rose, jacinthe, pissenlit, particules d'une berceuse interplanétaire.

«El silencio del rio», Francesca Canepa, Pérou, 14’, 2020
Juan, un garçon de neuf ans, vit avec son père dans une maison sur pilotis sur le fleuve Amazone. Au cours d’un voyage onirique dans la jungle de la forêt tropicale, il découvrira la vérité sur son père…

«Screen Time», Dan Wenger, Suisse, 4’, 2021
Un pouce touche l'écran d'un smartphone. Ce qui n'est au départ qu'un passe-temps innocent se transforme en une consommation continue et des mouvements incessants de balayage. L'écran absorbe le pouce. C'est le début d'un voyage incontrôlable et fou à travers le contenu numérique.

«Háldi», Ann Holmgren, Norvège, 5’, 2021
Entre femme et eau, une musique venue du territoire sami irrigue ce film contemplatif.

«Tank Fairy», Erich Rettstadt, Taiwan/États-Unis, 9’, 2021
Il était une fois la magique Tank Fairy qui livrait des réservoirs d'essence (avec du culot, des talons aiguilles et une bonne dose de paillettes) chez la jeune Jojo, une rêveuse solitaire qui avait besoin d'une marraine pour la décoincer.